Conseils pour le Kilimandjaro. Quelques éléments pour réussir l'ascension.

Conseils pour le Kilimandjaro

Par , le 24/09/2013

Cliquez sur les photos pour lancer le diaporama

J’ai réalisé l’ascension du Kilimandjaro par la voie Machame avec Terres d’Aventure à la fin du mois de mai 2013. Avec mes quelques expériences de trek accumulées ces dernières années, je ne me faisais pas trop de souci quant à la phase d’approche. Pour l’ascension finale, n’ayant pas la connaissance de ces altitudes, je me suis posé la question du matériel adéquate. Hors la réussite au sommet repose aussi sur quelques autres éléments que je vais vous présenter ici.

lisez aussi le détail de l’ascension du Kilimandjaro par la voie Machame avant l’ascension finale de nuit

L’ascension du Kilimandjaro se fait avec un guide et une équipe de porteurs. Certains pensent à un moment de leur préparation qu’ils pourront éventuellement le faire seul, mais non. Ainsi, vous n’avez pas à vous soucier de toute la partie logistique, et vous vous concentrez sur :

  • les vêtements;
  • les chaussures;
  • le sac à dos, le gros sac, les chaussures;
  • le couchage;
  • le plus important, votre forme car tout se joue là.

Les vêtements

“Le Kilimandjaro est en Afrique, il doit pas y faire bien froid”. C’est vrai, mais tant qu’on est en dessous de 4000m. Au delà et surtout lors de l’ascension finale, c’est une autre fois. On prévoiera les choses de cette manière :

Pendant la marche d’approche et le soir

Les 4 jours d’approche ont lieu pendant la journée, et la température fluctue entre 25°C et 5°C selon l’altitude et qu’il pleuve ou non. Les conditions sont ainsi globalement les mêmes que celles rencontrées l‘été en France lors d’une randonnée en montagne.
Vous allez ainsi vous équiper de classiques vêtements de randonnée, sous-vêtements pour 5 jours, pantalon de marche, petite polaire ou softshell, veste imperméable surtout pour les 2 premiers jours et doudoune pour le soir. La doudoune ne sert à rien dans la journée, mais par contre sera l‘élément le plus important pour la montée finale.

Pour l’ascension finale de nuit

Le départ de l’ascension finale se fait vers minuit. Au camp de Barafu à 4650m d’altitude, il fait souvent dans les -10°C, voire moins. A la fin du mois de mai lorsque j‘étais il neigeait et un vent sympathique nous réchauffait les oreilles. Dans ces conditions, il faut impérativement :

  • un collant long et un sur-pantalon chaud, type pantalon de ski
  • plusieurs couches pour le haut : t-shirt long technique, micro-polaire, polaire, doudoune + coupe-vent efficace. Vous pouvez utiliser votre veste imperméable comme coupe vent, mais l’imperméabilité ne sert à rien en l’occurrence puisqu’il ne pleut pas au dessus de 5000m… Il faut surtout se protéger du vent qui peut être fort.
  • une paire de gants de montagne, bien chaud;
  • un bonnet si votre doudoune ne possède pas de capuche;
  • prévoyez trop plutôt que pas assez, puisqu’il est toujours possible d’ouvrir la veste… faites aussi attention à ne pas être trop “engoncé”, la liberté de mouvement est primordiale;

Quelles chaussures pour le Kilimandjaro

La marche d’approche n’est pas technique. La montée est longue mais le sentier large et très fréquenté. Vos habituelles chaussures de randonnée suffiront pendant toute la marche d’approche de 4 jours jusqu’au camp de base. Il est largement préférable de venir avec une paire légère pour l’approche et la paire lourde et chaude qui vous servira pour le dernier jour.

L’ascension finale a lieu de nuit, et dans ce cas, il vous faudra des chaussures très chaude. Ici aussi, la montée n’est pas technique mais il peut faire froid (~-15°C et beaucoup de vent). Autre élément, on avance très lentement et il est difficile de se réchauffer les pieds. je vous conseille donc des chaussures de montagne que vous prendrez plus large d’au moins 1 pointure (voire plus) pour pouvoir les enfiler avec 2 grosses paires de chaussettes tout en gardant un peu de marge. Évidemment surtout, vérifiez bien que les pieds ne sont pas serrés même avec les deux paires de chaussettes supplémentaires.


Jour 5 : L’aube, 5h du matin. Un des plus beaux levers de soleil que nous ayons tous vus. Plus de photos du Kili.

Quel sac de couchage pour le Kilimandjaro, quel matelas

Contrairement à ce qu’on pense en général ou comme on peut le lire sur certains forums, il ne fera pas “très” froid la nuit. il fera environ 0°C dans la tente, peut-être jusqu‘à -5°C, mais dans tous les cas, il n’est pas nécessaire de s’équiper comme pour une expédition arctique. Un sac qui est donné pour -10°C en température de confort suffira, d’autant plus que vous avez toujours votre doudoune qui peut le cas échéant apporter un complément d’isolation.
Vous aurez évidemment l’impression de froid dans la tente si vous ne vous protégez pas un minimum pendant le bivouac, lors du repas dans la tente dédiée. Au moment d’entrer dans la tente et de vous déshabiller avant de vous glisser dans le duvet, la sensation peut être désagréable (0°C) mais vous finirez par vous réchauffer.
Lire l’article “Quel sac de couchage pour le Kilimandjaro
.
Si votre souci est de bien dormir et que vous êtes prêt à investir dans un sac de couchage “très chaud”, mettez plutôt votre argent dans un bon matelas de randonnée. Le guide ou l’agence s’occupe de fournir des matelas en mousse, mais personnellement je prend toujours un petit matelas gonflable que je met dans le fond du sac. C’est relativement léger ~500g, et c’est sensiblement plus confortable. Consultez notre comparatif de matelas gonflable pour la randonnée. Vous pouvez aussi vous orientez vers un auto-gonflant (moins confortable) si vous préférez garder votre souffle ce qui se comprend à ces altitudes.

Boire beaucoup et bien manger

Ça parait évident et le conseil fait sourire. “Oui bon d’accord, mais quand j’ai soif je bois, je suis grand, et en général après une journée de marche on a faim”
Les spécialistes comme le guide qui vous accompagnera lors de votre ascension vous le rappelleront : Il faut beaucoup boire et bien manger.
J’ajouterai qu’il faut boire beaucoup plus qu‘à votre habitude, et vous forcer à manger même si vous n’avez plus faim, car de cela dépend en grande partie votre gestion du mal aigu des montagnes (MAM).

En effet, en altitude :

  • la baisse de pression et l’air souvent plus sec combiné à l’effort vous fera perdre plus d’eau qu‘à l’accoutumée; Vous faites confiance à votre instinct et comme vous n’avez pas soif, vous ne buvez pas;
  • on a aussi moins faim;
  • du coup, on mange moins, on boit moins, et on se fatigue plus rapidement;
  • ces éléments de fatigue, combinés à l’altitude, accélère le phénomène, on se fatigue encore plus;
  • le mal aiguë des montagnes survient d’autant plus facilement qu’on est fatigué, sans même parler de déshydratation.
  • les Céphalées empêchent de bien dormir, on se réveille sans avoir bien dormi;
  • on finit par ne plus du tout avoir envie de manger…
  • Mon conseil le plus important : buvez beaucoup, manger en quantité et essayer de bien dormir pour être au mieux en arrivant à Barafu.

La marche d’approche dure 4 jours et le plus dur reste à venir : l’ascension finale. Une part importante des abandons est liée à la fatigue de ce fait, alors même que les participants sont souvent des sportifs ou des personnes préparées physiquement. Au contraire d’ailleurs, les sportifs sous-estiment ces éléments lorsqu’ils évoluent dans un groupe où il se sentent performants.

astuce eau chaude dans la montée finale
Lors de la montée finale, vous partez pour ~6h de montée suivi d’au minimum 2-3 heures entre le sommet et le retour jusqu’au camp de base. Pour l’eau, n’essayez même pas d’utiliser votre poche à eau, celle-ci gèlera en moins d’une heure. Demandez au cuisinier du groupe de faire bouillir de l’eau et remplissez votre gourde que vous mettrez ensuite contre votre corps, dans la poche intérieure de votre doudoune par exemple.


Jour 2 : La nuit à New Shira, les nuages en disparaissant nous laissent apercevoir le sommet. Plus de photos du Kili.

Faut-il prendre du Diamox pour le Kilimandjaro

J’ai abordé le sujet du mal aiguë des montagnes et les médicaments préventifs associés.
Pour cela il faut consulter votre médecin. La question est largement débattue sur les réseaux ou dans les forums, entre ceux qui considèrent qu’il ne faut de toute manière pas forcer lorsqu’on ne se sent pas bien, et ceux qui y voient une sécurité. Ma position est la suivante :
On parle ici de risque de mal d’altitude. la meilleure manière de l‘éviter est de monter lentement “polé polé” et de limiter les efforts. Les étapes sont pré-définies, il n’y a donc aucun raison de se presser dans la journée. Comme je le dis ci-dessus, faites en sorte d‘être en forme le plus longtemps possible en mangeant correctement et en buvant beaucoup. Essayez aussi de bien dormir, cela va dans le même sens.

Vous pouvez évidemment vous procurer du Diamox comme médicament préventif si vous pensez être rassuré mais dites-vous bien qu’il ne vous empechera pas de tomber malade si vous ne prenez pas l’ensemble des autres éléments de “prudence” en compte. Sachez aussi que la prise de Diamox vous fera uriner en quantité. Prévoyez du coup de boire encore plus.

Quelques autres conseils

Pour terminer, vous aurez bien entendu pensé à une bonne paire de lunettes, une casquette et une crème solaire indice max. Le Kilimandjaro est très près de l‘équateur, et la grosse partie de la progression se fait au dessus de 4000m d’altitude. Je vous laisse imaginer la quantité de photons percutant votre peau d’européen non préparé.

Sachez qu’il n’y a pas de moustiques en altitude, même aux portes du parc. Aucun souci de ce coté le soir au bivouac.

Rechercher sur le même sujet

Réagissez sur cet article

Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir laisser votre message. Pour cela, utilisez le menu "Participez au JDT !" en haut de la page